web analytics

Navigation

Pour tout savoir sur les projets publiés, cliquez sur les menus en haut.

Pour consulter les dernières news, visitez les différentes catégories ci-dessous.

Awrah

 

 

Téléchargements :

 

 

Dossier de presse du tome 1

 

Dossier de presse du tome 2

 

 

Les critiques du tome 1 :

 

 

« Pourtant, loin de fournir une pâle resucée du célèbre recueil oriental, Christian Simon et Fuat Erkol s’approprient parfaitement cet univers pour un scénario qui décolle impeccablement : le propos est crédible, les personnages attachants, l’intrigue accrocheuse, sans avoir besoin de jouer l’épate à tout prix. Avec ce récit qui met finalement le doigt sur la difficulté de faire des choix et les conséquences de ceux-ci, on est très proche de la dramaturgie shakespearienne et on s’impatiente déjà des remous probables à venir (…)  » La suite sur Planète BD

 

« Bref, une petite réussite, un petit bijou qu’il faut lire en cette période de disette éditoriale (…) » La suite des avis des lecteurs sur Bédéthèque

 

« Awrah la rose des sables aux éditions Daniel Maghen est une invitation au récit antique, à la tragédie sous le ciel flamboyant de Bagdad la fabuleuse. D’amours impossibles en vengeance sanglante, les personnages crées par Fuat Erkol et Christian Simon vont peu à peu se perdre et entraîner leur perte, pourront-ils se relever ? Le dessin est signée d’une dessinatrice brésilienne, Ana Koehler défini avec sensualité et grâce les contours d’un univers qui tient de la féérie orientale et du destin tragique. Un album parfait pour s’évader sur la plage ou ailleurs ! (…) » La suite sur Un monde de bulles

 

« Simon et Erkol ont imaginé une tragédie digne de la Grèce classique dans un cadre qui fait songer aux 1001 Nuits (…) » La suite sur Le blog du sud-ouest

 

« Cette histoire d’amour doublée d’une solide intrigue, servie par un sublime dessin parfaitement mis en couleurs, aurait toute sa place parmi les Contes des Mille et une nuit (…) La suite sur Auracan

 

« L’histoire est captivante, agréablement menée, empreinte d’une sagesse très perceptible dans les dialogues ô combien enchanteurs et respectueux. Cette plénitude (malheureusement éphémère) qui se dégage des discussions simples et pleines de bontés du Maître et de son fils adoptif est contrecarrée par la jalousie montante de Mounir dont les écarts vont être de plus en plus violents. Il est certain que les deux scénaristes ont su mêler splendeurs orientales et tragédie destructrice dans une histoire d’amour savamment dosée en émotions exotiques. Le charme opère indéniablement et nous entraîne là où ça va faire mal (…) La suite sur Sceneario.com

 

« Le dépaysement et le voyage dans le temps sont au rendez-vous de cette série éditée par le galeriste parisien Daniel Maghen (…) » La suite sur ActuaBD

 

« La narration retranscrit parfaitement l’ambiance orientale du récit et contribue à l’atmosphère des contes ders mille et une nuits qui se dégage de ce conte oriental (…) » La suite sur CoinBD

 

« Un Orient mystique et mystérieux, une femme d’une beauté ensorcelante, des lumières somptueuses, la mort qui rôde… Tout est réuni ici pour une belle saga exotique et romantique, lecture idéale pour l’été. Hélas, l’intrigue est si convenue qu’elle ruine tout espoir et ne fait ressortir que les défauts de ce premier tome. L’élégant dessin réaliste  d’Ana Luiza Koehler et les couleurs magnifiques de Guy Raives sont ainsi desservies par un scénario plan-plan, dont on devine tous les rebondissements à l’avance (…) » La suite sur Bodoï

 

« Des personnages attachants, partagés entre des sentiments contrariés et des combats entre la passion et la raison, une reconstitution historique exemplaire, un érotisme omniprésent…, et une perle rare aux pinceaux dont le trait dynamique et délicieusement rétro nous rappelle certaines bandes dessinées des années 50 ! (…) » La suite sur BDZoom

 

« Très joliement dessinée, une très belle ambiance qui nous transporte dans les pays arabes où une histoire d’amour va mal tournée et entraîner une famille dans la guerre. Superbe et classique, un plaisir assuré (…) » La suite sur Librairie Critic

 

« Le dessin est délicat et soigné, les expressions des personnes proches de la perfection. Le réalisme du scénario et des lieux rappelle les paysages existants et sont certainement basés sur de réelles villes et campagnes de l’Orient (…) La suite sur murmures infos

 

Les critiques du tome 2 :

 

 

« Le très beau dessin d’Ana Luiza Koelher bénéficie des couleurs de Guy Raives, et contrairement aux -mauvaises- habitudes, ce second tome élaboré par les coscénaristes Christian Simon et Fuat Erkol est plus dense et plus fascinant que le premier volume. Une réussite sur toute la ligne (…) La suite sur BD blog sud ouest

 

« Awrah est un vrai petit bijou ! Superbement écrite, cette BD est une invitation fabuleuse au voyage, à la découverte d’un pays et d’une culture. Mais Awrah c’est aussi une formidable histoire d’amour, bourrée d’émotion ! Les deux scénaristes, Christian Simon et Fuart Erkol, nous plongent alors dans une grande et fabuleuse fresque (il fallait au moindre être deux pour écrire un « truc » aussi grandiose!) digne de la plus belle des histoires d’amour : Tristan et Iseult. En effet, difficile de ne pas penser à cette pièce maîtresse de l’amour courtois ici ! Cependant, on est scotché du début à la fin, tant l’histoire est admirablement menée, entre amour, fuite dans le désert, passions déchaînées, guerre même, avec des complots en tout genre et un « twist » final digne des plus grandes productions hollywoodiennes! Et tout ça en deux tomes! C’est époustouflant! Là ou certaines BD auraient tenus en longueur, les deux scénaristes vont à l’essentiel et ont même réussi à attendrir votre humble chroniqueur qui n’a pu s’empêcher de verser une larme devant tant de belles émotions. C’est admirablement bien écrit, littéraire sans trop l’être, avec l’utilisation d’une voie off qui sert absolument bien le découpage et les cadrages que l’on peut qualifier de cinématographiques (…) » La suite sur Psychovision

 

« Il est des histoires qui, de par leur douceur exotique et également par les embruns tragiques qu’elles véhiculent, ont le don de marquer subtilement notre sensibilité. Awrah en fait largement partie et vient en ce deuxième opus, grâce à une association d’auteurs payante, clôturer un premier diptyque émotionnellement brillant (…) » La suite sur sceneario.com

 

« Cette fois, la caméra des deux scénaristes s’amourache de Miskin, mystérieux mendiant. Celui-là même qui, dés l’ouverture du premier tome, faisait jouer son bâton pour modifier les destins du jeune Tahar et de Maître Nassim, son futur père adoptif. Entrecoupé par de nombreux et néanmoins subtils flashbacks, le récit nous plonge avec malice au cœur d’une implacable vengeance, moult dégâts collatéraux à la clef. La composition est fluide et met sur le devant de la scène, avec force drames, la complexité des liens fraternels et la cruauté du sentiment amoureux. Tout cela est on ne peut plus classique, sans effets spéciaux, nourri de dramaturgie grecque ou shakespearienne, nimbé de conte oriental… mais ça fonctionne très bien (…) » La suite sur PlanèteBD

 

« Pour cette tragédie à l’imaginaire proche des Mille et une nuits, Christian Simon et Fuat Erkol n’avaient pas tout dévoilé au premier tome. Dans cet album, les scénaristes redistribuent en quelque sorte les rôles, au point que Miskin vole presque la vedette à Tahar. De judicieux flashbacks épaississent dans un premier temps l’intrigue pour mieux l’éclairer au final. Il est aussi intéressant de voir évoquer le monde arabo-musulman sous une autre forme que celle, caricaturale, dans laquelle il est enfermé ces dernières années par les médias. (…) » La suite sur ActuaBD

 

« Du sang et puis des larmes. Beaucoup. Parce que de l’amour, il ne reste rien, un grain de sable dans le désert. Et dans le cœur de Tahar, un désert encore plus grand que le vrai. La belle Nadia n’était-elle qu’un mirage ? Un mirage magnifiquement mis en scène et servi par des dessins – et des couleurs – absolument somptueux ! (…) » La suite sur galerie Brusel

 

« Mais qui est donc réellement Miskin ? Le lecteur sera surpris du dénouement de cette énigme. Une fois de plus, la haine de l’autre va prendre le dessus par rapport à l’amour et au pardon. Celui qui recherche la vengeance devrait se souvenir de creuser deux tombes (proverbe chinois) (…) La suite sur Graphivore

 

« Après une première partie de diptyque des plus prometteuses, ce second volet conclut brillamment ce drame familial situé en Irak, sous le règne de Haroun-al-Rachid. Alors que le tome précédent invitait à suivre les pas d’un jeune voleur recueilli par un riche notable, celui-ci s’intéresse également aux sombres projets du vieil homme qui, dans l’ombre, s’amuse à modifier la destinée de chacun. Usant de nombreux flashbacks, Christian Simon et Fuat Erkol, dévoilent les origines d’une vengeance qui prend racine dans un lointain passé. Proposant une intrigue assez classique et des personnages très attachants, les auteurs de Lenny Valentino enchaînent les rebondissements avec une grande maîtrise. La narration retranscrit parfaitement l’ambiance orientale du récit et contribue à l’atmosphère des contes des mille et une nuits qui se dégage de cette tragédie orientale (…) » La suite sur BDGest

 

« Awrah nous entraine dans un conte qui aurait pu faire partie des récits de Shéhérazade, mais un jour où elle aurait été d’une humeur très sombre, car l’histoire de Tahar est un véritable drame. Christian Simon et Fuat Erkol nous entrainent dans la chute de la maison de Nassim El Abar. Et bien sûr, leur Némésis prendra le visage d’une femme, une nomade, mystérieuse, fière mais aussi mortellement dangereuse. Elle va voler le cœur d’un père et d’un fils bien malgré elle car ses intentions sont au final des plus pures… envers Tahar. Si le premier tome reste sur une simple histoire d’amour à trois qui tourne très mal, le second tome amène une part de fantastique qui nous rapproche des contes orientaux. Attention, il ne s’agit pas de faire passer l’histoire vers un surnaturel débridé mais uniquement une touche de magie (noire) pour donner tout son sens à cette malédiction. Toute cette histoire se jouera sur une horrible compréhension qui ne pourra finir que dans le sang (…) » La suite sur Yozone

 

« L’intégration du genre fantastique, inattendu, est réussie et en fait sa véritable originalité. L’ensemble du scénario se tient, même si on y trouve certaines longueurs mais également, paradoxalement, certains raccourcis, notamment sur la chute de l’album (…) » La suite sur BdaBd

 

« En plus d’une histoire très sensible et très bien menée, cette bande dessinée est re-haussée par un dessin subtil ainsi que par une mise en couleur remarquable. Ce trait et ces colorations complètent admirablement le récit et incitent aux voyages dans le pays des milles et une nuits. Un excellent diptyque fin et subtil aux éditions Daniel Maghen (…) » La suite sur BDworld

 

« Emporté par la présentation des personnages bien campés et des décors somptueux, le lecteur est entraîné dans une véritable rêverie dans le premier volet. Pourtant, l’accélération de l’action tourne au drame incompréhensible. La fin du diptyque était donc très attendue. Elle tient ses promesses en conservant cette atmosphère onirique, mais révélant progressivement une machination sombre qui remonte à de nombreuses années. Les auteurs Christian Simon et Fuat Erkol creusent parfaitement la psychologie des personnages. Ils introduisent des scène de flash back qui prennent tout leur sens dans le dénouement final (…) La suite sur Auracan